Recettes traditionnelles

Allergie alimentaire vs intolérance alimentaire

Allergie alimentaire vs intolérance alimentaire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Rassemblez-vous, garçons et filles. Nous allons vous faire prendre conscience de quelque chose dont vous ne savez probablement pas grand-chose à moins que vous ne fassiez partie du 1%. Non, pas ce 1% - le 1% d'adultes souffrant d'allergies alimentaires. Vous voyez, vous avez déjà appris une statistique qui, à tout le moins, peut vous donner l'air intelligent dans une conversation future. Ouais, prise de conscience !

Vous avez probablement entendu parler d'intolérance au lactose et de maladie cœliaque. Et vous connaissez peut-être quelqu'un qui évite les arachides, les fruits de mer ou d'autres aliments comme la peste en raison d'une allergie. Mais quelle est la différence entre une intolérance alimentaire et une allergie alimentaire de toute façon ?

Allergies alimentaires
Il peut sembler que votre ami allergique interroge inutilement les serveurs sur leurs plats, mais ils ont de bonnes raisons de le faire. Même une petite quantité de l'aliment incriminé peut provoquer une réaction sévère en quelques minutes, voire quelques secondes. Les symptômes peuvent inclure éruption cutanée ou urticaire, nausées, crampes, douleurs à l'estomac, diarrhée, démangeaisons cutanées, essoufflement ou douleur thoracique ; mais des réactions encore plus dangereuses peuvent suivre la consommation, y compris anaphylaxie, ce qui entraîne des problèmes respiratoires et une pression artérielle dangereusement basse.

Selon l'American Academy of Dermatology, les déclencheurs les plus courants d'allergies alimentaires sont le lait, les œufs, les arachides, les noix et les crustacés. Lorsqu'une personne souffrant d'une allergie alimentaire ingère cet aliment en particulier, son corps confond un ingrédient de cet aliment avec un intrus nuisible et lance une attaque complète contre celui-ci via les anticorps de notre système immunitaire. La réaction physique ressentie par les gens est le résultat de cette attaque.

La seule façon d'empêcher la réaction est d'éviter complètement la nourriture. Si la personne l'ingère accidentellement, il est possible qu'elle ait besoin de soins médicaux immédiats ou de l'administration d'épinéphrine (alias adrénaline) par le biais d'un médicament prescrit. comme un EpiPen pour supprimer la réaction.

Des piqûres cutanées ou des tests sanguins sont généralement utilisés pour diagnostiquer les allergies alimentaires. Les piqûres cutanées ont tendance à être moins chères et peuvent être soignées dans un cabinet médical. Malheureusement, il est possible de développer des allergies alimentaires à l'âge adulte même si vous n'avez jamais eu de réactions indésirables aux aliments auparavant. Découvrez notre histoire dessus pour en savoir plus.

Intolérance alimentaire
Alors qu'une allergie alimentaire peut avoir des conséquences mortelles, l'intolérance alimentaire provoque principalement des symptômes inconfortables mais pas graves. Les réactions allergiques alimentaires affectent le système immunitaire, mais les réactions d'intolérance alimentaire perturbent notre système gastro-intestinal, provoquant souvent des nausées, des douleurs à l'estomac, des gaz/crampes/ballonnements, des vomissements, des brûlures d'estomac, de la diarrhée, des maux de tête et de l'irritabilité ou de la nervosité, selon la Cleveland Clinic.

Les réactions allergiques aux aliments peuvent frapper une personne immédiatement après avoir mangé; les symptômes d'intolérance alimentaire, d'autre part, prennent généralement effet progressivement. L'intolérance alimentaire est beaucoup plus fréquente que les allergies alimentaires, l'intolérance au lactose touchant à elle seule 10 pour cent des Américains. Les personnes souffrant d'intolérance alimentaire peuvent généralement consommer de petites quantités de nourriture sans tomber malades, et les pilules préventives en vente libre comme Lactaid peuvent aider les gens à manger un peu de crème glacée sans avoir à se rendre aux toilettes 30 minutes plus tard.

Les causes potentielles d'intolérance alimentaire comprennent le manque d'une enzyme nécessaire à la digestion d'un aliment particulier (comme c'est le cas avec l'intolérance au lactose), le syndrome du côlon irritable, la sensibilité aux additifs alimentaires tels que les sulfites dans les fruits secs et le vin, et la maladie cœliaque. Les personnes atteintes de la maladie cœliaque sont incapables de manger du gluten, une protéine présente dans le blé et d'autres céréales, sans éprouver de problèmes digestifs peu de temps après. Bien que cette intolérance affecte le système immunitaire, elle n'a pas le potentiel de provoquer une anaphylaxie.

La meilleure façon de déterminer si vous souffrez ou non d'une intolérance alimentaire est l'essai et l'erreur ; essayez d'éliminer les aliments potentiellement offensants de votre alimentation et voyez si vos problèmes digestifs disparaissent.

Davantage de ressources
Le Food Allergy & Anaphylaxis Network propose du matériel pédagogique utile pour les adultes et les enfants sur son site Web : FoodAllergy.org.

— Mélissa Valliant, Hella Wella

Plus de HellaWella :

• Peut-on développer des allergies alimentaires à l'âge adulte ? Malheureusement oui.

• Faits sur les fibres : pourquoi c'est essentiel pour la perte de poids et la santé


Allergie, intolérance ou sensibilité alimentaire : quelle est la différence et pourquoi est-ce important ?

Il y a de fortes chances que vous ou quelqu'un que vous connaissez ayez ressenti des symptômes désagréables après un repas ou une collation. Peut-être avez-vous ressenti des éternuements, une respiration sifflante, des éruptions cutanées, un brouillard cérébral, des douleurs articulaires, des nausées, des ballonnements, de la diarrhée ou un autre symptôme. Cela vous a peut-être amené à croire que vous avez une allergie alimentaire – et peut-être que vous en avez. Mais il est également possible que vous ayez une intolérance alimentaire, une maladie cœliaque ou une sensibilité alimentaire. Ceci est important, car certaines des réactions peuvent aller de simplement ennuyeuses à mortelles.

Intolérances alimentaires

L'intolérance alimentaire se réfère principalement à l'incapacité de traiter ou de digérer certains aliments. La réaction alimentaire la plus courante semble être l'intolérance au lactose. En vieillissant, notre capacité à digérer les produits laitiers diminue. En effet, avec l'âge, nos intestins fabriquent moins d'enzyme (lactase) qui transforme le lactose, un type de sucre présent dans le lait et les produits laitiers. En conséquence, nous avons plus de lactose dans le tube digestif, ce qui peut provoquer des ballonnements, une inflammation et une diarrhée de l'estomac. La recherche a montré que seulement environ 35% des personnes dans le monde peuvent digérer le lactose au-delà de l'âge de sept ou huit ans.

L'intolérance au lactose n'est pas une maladie grave, mais elle peut être assez inconfortable. Éviter les produits laitiers est un moyen infaillible d'éviter les symptômes, certains, comme le lait, ont tendance à produire des symptômes plus graves que d'autres, comme le yaourt et le fromage. Les suppléments d'enzymes lactase en vente libre peuvent également aider.

Allergies alimentaires

Un problème plus grave se produit lorsqu'une personne développe une véritable réaction allergique, une réponse exagérée du système immunitaire du corps contre une substance apparemment inoffensive - dans ce cas, un aliment. L'exemple classique est la difficulté respiratoire potentiellement mortelle et l'hypotension artérielle suite à une exposition aux arachides ou aux fruits de mer. Les allergies alimentaires peuvent apparaître à tout moment de notre vie, même à l'âge adulte.

Si vous pensez avoir une allergie alimentaire, envisagez des tests et un traitement contre les allergies, surtout si vos symptômes sont graves (éruptions cutanées importantes, sensation d'évanouissement, gonflement du visage et problèmes respiratoires). Il est sage de lire scrupuleusement les étiquettes des ingrédients. Et porter des injections d'épinéphrine en cas d'ingestion accidentelle ou de contact avec l'aliment en question est essentiel et peut sauver des vies.

Maladie coeliaque

La maladie cœliaque touche environ 1% de la population occidentale. Dans cette maladie auto-immune, l'ingestion de gluten déclenche une réaction inflammatoire complexe qui peut rendre les personnes atteintes de la maladie cœliaque très malades. La maladie cœliaque n'est pas une véritable allergie, manger du gluten une fois qu'elle ne cause pas de problème mettant la vie en danger immédiat. Cependant, une ingestion prolongée et continue peut provoquer des diarrhées, une perte de poids et une malnutrition.

Éviter le gluten est la seule solution à ce problème. Le gluten se trouve dans une variété de céréales, notamment le blé, le seigle, l'orge, la semoule, le boulgour et la farine. De nombreux aliments transformés contiennent également du gluten. Les personnes atteintes de la maladie cœliaque doivent également faire attention à la contamination croisée lorsqu'un aliment sans gluten entre en contact avec un aliment contenant du gluten.

Sensibilités alimentaires

Après avoir mangé certains aliments, une grande partie de la population présente des symptômes qui ne sont pas liés à des intolérances alimentaires, des allergies alimentaires ou à la maladie cœliaque. Celles-ci sont appelées sensibilités alimentaires. Bien qu'il y ait une controverse sur ce qui se passe exactement dans le corps d'une personne ayant une sensibilité alimentaire, il semble que l'exposition à des aliments spécifiques puisse créer une réaction immunitaire qui génère une multitude de symptômes. Les symptômes ne mettent pas la vie en danger, mais ils peuvent être assez perturbateurs et inclure des douleurs articulaires, des douleurs à l'estomac, de la fatigue, des éruptions cutanées et un brouillard cérébral. Le gluten est probablement le déclencheur le plus connu des sensibilités alimentaires.

Le meilleur outil dont nous disposons pour identifier les sensibilités alimentaires est un processus d'observation et d'expérimentation minutieuses. Supprimer certains aliments soupçonnés de provoquer des réactions de l'alimentation pendant deux à quatre semaines, les réintroduire un par un et surveiller les symptômes est l'étalon-or actuel pour cerner ce qui peut être à l'origine des symptômes. Ce soi-disant « régime d'élimination » n'est pas high-tech, et il est loin d'être parfait. Un médecin ou un nutritionniste peut vous conseiller pour entreprendre un régime d'élimination et peut vous aider à comprendre les limites et à éviter les pièges possibles. Supprimer certains aliments peut aider à éviter les symptômes indésirables et à améliorer votre qualité de vie.

Les réactions alimentaires, en particulier les sensibilités, peuvent également s'estomper avec le temps. Notre corps, notre système immunitaire et notre microbiome intestinal changent continuellement, et ce qui ne va pas bien aujourd'hui peut être bon à avoir plus tard dans la vie. À un moment donné, vous pouvez envisager de réintroduire de petites quantités d'un aliment auquel vous avez été sensible, pour voir ce que vous pouvez tolérer.

La ligne de fond

Bien que les réactions alimentaires soient courantes, elles peuvent être difficiles à comprendre. Identifier la cause peut être difficile et prendre du temps, mais cela en vaut la peine. Une fois que vous avez identifié le problème et les aliments ou les aliments qui le déclenchent, un nutritionniste ou un médecin peut vous aider à développer le régime le plus complet qui soit sans danger pour vous.


Allergie, intolérance ou sensibilité alimentaire : quelle est la différence et pourquoi est-ce important ?

Il y a de fortes chances que vous ou quelqu'un que vous connaissez ayez ressenti des symptômes désagréables après un repas ou une collation. Peut-être avez-vous ressenti des éternuements, une respiration sifflante, des éruptions cutanées, un brouillard cérébral, des douleurs articulaires, des nausées, des ballonnements, de la diarrhée ou un autre symptôme. Cela vous a peut-être amené à croire que vous avez une allergie alimentaire – et peut-être que vous en avez. Mais il est également possible que vous ayez une intolérance alimentaire, une maladie cœliaque ou une sensibilité alimentaire. Ceci est important, car certaines des réactions peuvent aller de simplement ennuyeuses à mortelles.

Intolérances alimentaires

L'intolérance alimentaire se réfère principalement à l'incapacité de traiter ou de digérer certains aliments. La réaction alimentaire la plus courante semble être l'intolérance au lactose. En vieillissant, notre capacité à digérer les produits laitiers diminue. En effet, avec l'âge, nos intestins fabriquent moins d'enzyme (lactase) qui transforme le lactose, un type de sucre présent dans le lait et les produits laitiers. En conséquence, nous avons plus de lactose dans le tube digestif, ce qui peut provoquer des ballonnements, une inflammation et une diarrhée de l'estomac. La recherche a montré que seulement environ 35% des personnes dans le monde peuvent digérer le lactose au-delà de l'âge de sept ou huit ans.

L'intolérance au lactose n'est pas une maladie grave, mais elle peut être assez inconfortable. Éviter les produits laitiers est un moyen infaillible d'éviter les symptômes, certains, comme le lait, ont tendance à produire des symptômes plus graves que d'autres, comme le yogourt et le fromage. Les suppléments d'enzymes lactase en vente libre peuvent également aider.

Allergies alimentaires

Un problème plus grave se produit lorsqu'une personne développe une véritable réaction allergique, une réponse exagérée du système immunitaire du corps contre une substance apparemment inoffensive - dans ce cas, un aliment. L'exemple classique est la difficulté respiratoire potentiellement mortelle et l'hypotension artérielle suite à une exposition aux arachides ou aux fruits de mer. Les allergies alimentaires peuvent apparaître à tout moment de notre vie, même à l'âge adulte.

Si vous pensez avoir une allergie alimentaire, envisagez des tests et un traitement contre les allergies, surtout si vos symptômes sont graves (éruptions cutanées importantes, sensation d'évanouissement, gonflement du visage et problèmes respiratoires). Il est sage de lire scrupuleusement les étiquettes des ingrédients. Et porter des injections d'épinéphrine en cas d'ingestion accidentelle ou de contact avec l'aliment en question est essentiel et peut sauver des vies.

Maladie coeliaque

La maladie cœliaque touche environ 1% de la population occidentale. Dans cette maladie auto-immune, l'ingestion de gluten déclenche une réaction inflammatoire complexe qui peut rendre les personnes atteintes de la maladie cœliaque très malades. La maladie cœliaque n'est pas une véritable allergie, manger du gluten une fois qu'elle ne cause pas de problème mettant la vie en danger immédiat. Cependant, une ingestion prolongée et continue peut provoquer des diarrhées, une perte de poids et une malnutrition.

Éviter le gluten est la seule solution à ce problème. Le gluten se trouve dans une variété de céréales, notamment le blé, le seigle, l'orge, la semoule, le boulgour et la farine. De nombreux aliments transformés contiennent également du gluten. Les personnes atteintes de la maladie cœliaque doivent également faire attention à la contamination croisée lorsqu'un aliment sans gluten entre en contact avec un aliment contenant du gluten.

Sensibilités alimentaires

Après avoir mangé certains aliments, une grande partie de la population présente des symptômes qui ne sont pas liés à des intolérances alimentaires, des allergies alimentaires ou à la maladie cœliaque. Celles-ci sont appelées sensibilités alimentaires. Bien qu'il y ait une controverse sur ce qui se passe exactement dans le corps d'une personne ayant une sensibilité alimentaire, il semble que l'exposition à des aliments spécifiques puisse créer une réaction immunitaire qui génère une multitude de symptômes. Les symptômes ne mettent pas la vie en danger, mais ils peuvent être assez perturbateurs et inclure des douleurs articulaires, des douleurs à l'estomac, de la fatigue, des éruptions cutanées et un brouillard cérébral. Le gluten est probablement le déclencheur le plus connu des sensibilités alimentaires.

Le meilleur outil dont nous disposons pour identifier les sensibilités alimentaires est un processus d'observation et d'expérimentation minutieuses. Supprimer certains aliments soupçonnés de provoquer des réactions de l'alimentation pendant deux à quatre semaines, les réintroduire un par un et surveiller les symptômes est l'étalon-or actuel pour cerner ce qui peut être à l'origine des symptômes. Ce soi-disant « régime d'élimination » n'est pas high-tech, et il est loin d'être parfait. Un médecin ou un nutritionniste peut vous conseiller pour entreprendre un régime d'élimination et peut vous aider à comprendre les limites et à éviter les pièges possibles. Supprimer certains aliments peut aider à éviter les symptômes indésirables et à améliorer votre qualité de vie.

Les réactions alimentaires, en particulier les sensibilités, peuvent également s'estomper avec le temps. Notre corps, notre système immunitaire et notre microbiome intestinal sont en constante évolution, et ce qui ne va pas bien aujourd'hui peut être bon à avoir plus tard dans la vie. À un moment donné, vous pouvez envisager de réintroduire de petites quantités d'un aliment auquel vous avez été sensible, pour voir ce que vous pouvez tolérer.

La ligne de fond

Bien que les réactions alimentaires soient courantes, elles peuvent être difficiles à comprendre. Identifier la cause peut être difficile et prendre du temps, mais cela en vaut la peine. Une fois que vous avez identifié le problème et les aliments ou les aliments qui le déclenchent, un nutritionniste ou un médecin peut vous aider à développer le régime le plus complet qui soit sans danger pour vous.


Allergie, intolérance ou sensibilité alimentaire : quelle est la différence et pourquoi est-ce important ?

Il y a de fortes chances que vous ou quelqu'un que vous connaissez ayez ressenti des symptômes désagréables après un repas ou une collation. Peut-être avez-vous ressenti des éternuements, une respiration sifflante, des éruptions cutanées, un brouillard cérébral, des douleurs articulaires, des nausées, des ballonnements, de la diarrhée ou un autre symptôme. Cela vous a peut-être amené à croire que vous avez une allergie alimentaire – et peut-être que vous en avez. Mais il est également possible que vous ayez une intolérance alimentaire, une maladie cœliaque ou une sensibilité alimentaire. Ceci est important, car certaines des réactions peuvent aller de simplement ennuyeuses à mortelles.

Intolérances alimentaires

L'intolérance alimentaire se réfère principalement à l'incapacité de traiter ou de digérer certains aliments. La réaction alimentaire la plus courante semble être l'intolérance au lactose. En vieillissant, notre capacité à digérer les produits laitiers diminue. En effet, avec l'âge, nos intestins fabriquent moins d'enzyme (lactase) qui transforme le lactose, un type de sucre présent dans le lait et les produits laitiers. En conséquence, nous avons plus de lactose dans le tube digestif, ce qui peut provoquer des ballonnements, une inflammation et une diarrhée de l'estomac. La recherche a montré que seulement environ 35% des personnes dans le monde peuvent digérer le lactose au-delà de l'âge de sept ou huit ans.

L'intolérance au lactose n'est pas une maladie grave, mais elle peut être assez inconfortable. Éviter les produits laitiers est un moyen infaillible d'éviter les symptômes, certains, comme le lait, ont tendance à produire des symptômes plus graves que d'autres, comme le yogourt et le fromage. Les suppléments d'enzymes lactase en vente libre peuvent également aider.

Allergies alimentaires

Un problème plus grave se produit lorsqu'une personne développe une véritable réaction allergique, une réponse exagérée du système immunitaire du corps contre une substance apparemment inoffensive - dans ce cas, un aliment. L'exemple classique est la difficulté respiratoire potentiellement mortelle et l'hypotension artérielle suite à une exposition aux arachides ou aux fruits de mer. Les allergies alimentaires peuvent apparaître à tout moment de notre vie, même à l'âge adulte.

Si vous pensez avoir une allergie alimentaire, envisagez des tests et un traitement contre les allergies, surtout si vos symptômes sont graves (éruptions cutanées importantes, sensation d'évanouissement, gonflement du visage et problèmes respiratoires). Il est sage de lire scrupuleusement les étiquettes des ingrédients. Et porter des injections d'épinéphrine en cas d'ingestion accidentelle ou de contact avec l'aliment en question est essentiel et peut sauver des vies.

Maladie coeliaque

La maladie cœliaque touche environ 1% de la population occidentale. Dans cette maladie auto-immune, l'ingestion de gluten déclenche une réaction inflammatoire complexe qui peut rendre les personnes atteintes de la maladie cœliaque très malades. La maladie cœliaque n'est pas une véritable allergie, manger du gluten une fois qu'elle ne cause pas de problème mettant la vie en danger immédiat. Cependant, une ingestion prolongée et continue peut provoquer des diarrhées, une perte de poids et une malnutrition.

Éviter le gluten est la seule solution à ce problème. Le gluten se trouve dans une variété de céréales, notamment le blé, le seigle, l'orge, la semoule, le boulgour et la farine. De nombreux aliments transformés contiennent également du gluten. Les personnes atteintes de la maladie cœliaque doivent également faire attention à la contamination croisée lorsqu'un aliment sans gluten entre en contact avec un aliment contenant du gluten.

Sensibilités alimentaires

Après avoir mangé certains aliments, une grande partie de la population présente des symptômes qui ne sont pas liés à des intolérances alimentaires, des allergies alimentaires ou à la maladie cœliaque. Celles-ci sont appelées sensibilités alimentaires. Bien qu'il y ait une controverse sur ce qui se passe exactement dans le corps d'une personne ayant une sensibilité alimentaire, il semble que l'exposition à des aliments spécifiques puisse créer une réaction immunitaire qui génère une multitude de symptômes. Les symptômes ne mettent pas la vie en danger, mais ils peuvent être assez perturbateurs et inclure des douleurs articulaires, des douleurs à l'estomac, de la fatigue, des éruptions cutanées et un brouillard cérébral. Le gluten est probablement le déclencheur le plus connu des sensibilités alimentaires.

Le meilleur outil dont nous disposons pour identifier les sensibilités alimentaires est un processus d'observation et d'expérimentation minutieuses. Supprimer certains aliments soupçonnés de provoquer des réactions de l'alimentation pendant deux à quatre semaines, les réintroduire un par un et surveiller les symptômes est l'étalon-or actuel pour cerner ce qui peut être à l'origine des symptômes. Ce soi-disant « régime d'élimination » n'est pas high-tech, et il est loin d'être parfait. Un médecin ou un nutritionniste peut vous conseiller pour entreprendre un régime d'élimination et peut vous aider à comprendre les limites et à éviter les pièges possibles. Supprimer certains aliments peut aider à éviter les symptômes indésirables et à améliorer votre qualité de vie.

Les réactions alimentaires, en particulier les sensibilités, peuvent également s'estomper avec le temps. Notre corps, notre système immunitaire et notre microbiome intestinal changent continuellement, et ce qui ne va pas bien aujourd'hui peut être bon à avoir plus tard dans la vie. À un moment donné, vous pouvez envisager de réintroduire de petites quantités d'un aliment auquel vous avez été sensible, pour voir ce que vous pouvez tolérer.

La ligne de fond

Bien que les réactions alimentaires soient courantes, elles peuvent être difficiles à comprendre. Identifier la cause peut être difficile et prendre du temps, mais cela en vaut la peine. Une fois que vous avez identifié le problème et les aliments ou les aliments qui le déclenchent, un nutritionniste ou un médecin peut vous aider à développer le régime le plus complet qui soit sans danger pour vous.


Allergie, intolérance ou sensibilité alimentaire : quelle est la différence et pourquoi est-ce important ?

Il y a de fortes chances que vous ou quelqu'un que vous connaissez ayez ressenti des symptômes désagréables après un repas ou une collation. Peut-être avez-vous ressenti des éternuements, une respiration sifflante, des éruptions cutanées, un brouillard cérébral, des douleurs articulaires, des nausées, des ballonnements, de la diarrhée ou un autre symptôme. Cela vous a peut-être amené à croire que vous avez une allergie alimentaire – et peut-être que vous en avez. Mais il est également possible que vous ayez une intolérance alimentaire, une maladie cœliaque ou une sensibilité alimentaire. Ceci est important, car certaines des réactions peuvent aller de simplement ennuyeuses à mortelles.

Intolérances alimentaires

L'intolérance alimentaire se réfère principalement à l'incapacité de traiter ou de digérer certains aliments. La réaction alimentaire la plus courante semble être l'intolérance au lactose. En vieillissant, notre capacité à digérer les produits laitiers diminue. En effet, avec l'âge, nos intestins fabriquent moins d'enzyme (lactase) qui transforme le lactose, un type de sucre présent dans le lait et les produits laitiers. En conséquence, nous avons plus de lactose dans le tube digestif, ce qui peut provoquer des ballonnements, une inflammation et une diarrhée de l'estomac. La recherche a montré que seulement environ 35% des personnes dans le monde peuvent digérer le lactose au-delà de l'âge de sept ou huit ans.

L'intolérance au lactose n'est pas une maladie grave, mais elle peut être assez inconfortable. Éviter les produits laitiers est un moyen infaillible d'éviter les symptômes, certains, comme le lait, ont tendance à produire des symptômes plus graves que d'autres, comme le yaourt et le fromage. Les suppléments d'enzymes lactase en vente libre peuvent également aider.

Allergies alimentaires

Un problème plus grave se produit lorsqu'une personne développe une véritable réaction allergique, une réponse exagérée du système immunitaire du corps contre une substance apparemment inoffensive - dans ce cas, un aliment. L'exemple classique est la difficulté respiratoire potentiellement mortelle et l'hypotension artérielle suite à une exposition aux arachides ou aux fruits de mer. Les allergies alimentaires peuvent apparaître à tout moment de notre vie, même à l'âge adulte.

Si vous pensez avoir une allergie alimentaire, envisagez des tests et un traitement contre les allergies, surtout si vos symptômes sont graves (éruptions cutanées importantes, sensation d'évanouissement, gonflement du visage et problèmes respiratoires). Il est sage de lire scrupuleusement les étiquettes des ingrédients. Et porter des injections d'épinéphrine en cas d'ingestion accidentelle ou de contact avec l'aliment en question est essentiel et peut sauver des vies.

Maladie coeliaque

La maladie cœliaque touche environ 1% de la population occidentale. Dans cette maladie auto-immune, l'ingestion de gluten déclenche une réaction inflammatoire complexe qui peut rendre les personnes atteintes de la maladie cœliaque très malades. La maladie cœliaque n'est pas une véritable allergie manger du gluten une fois qu'elle ne provoque pas un problème immédiat mettant la vie en danger. Cependant, une ingestion prolongée et continue peut provoquer des diarrhées, une perte de poids et une malnutrition.

Éviter le gluten est la seule solution à ce problème. Le gluten se trouve dans une variété de céréales, notamment le blé, le seigle, l'orge, la semoule, le boulgour et la farine. De nombreux aliments transformés contiennent également du gluten. Les personnes atteintes de la maladie cœliaque doivent également faire attention à la contamination croisée lorsqu'un aliment sans gluten entre en contact avec un aliment contenant du gluten.

Sensibilités alimentaires

Après avoir mangé certains aliments, une grande partie de la population présente des symptômes qui ne sont pas liés à des intolérances alimentaires, des allergies alimentaires ou à la maladie cœliaque. Celles-ci sont appelées sensibilités alimentaires. Bien qu'il y ait une controverse sur ce qui se passe exactement dans le corps d'une personne ayant une sensibilité alimentaire, il semble que l'exposition à des aliments spécifiques puisse créer une réaction immunitaire qui génère une multitude de symptômes. Les symptômes ne mettent pas la vie en danger, mais ils peuvent être assez perturbateurs et inclure des douleurs articulaires, des douleurs à l'estomac, de la fatigue, des éruptions cutanées et un brouillard cérébral. Le gluten est probablement le déclencheur le plus connu des sensibilités alimentaires.

Le meilleur outil dont nous disposons pour identifier les sensibilités alimentaires est un processus d'observation et d'expérimentation minutieuses. Supprimer certains aliments soupçonnés de provoquer des réactions de l'alimentation pendant deux à quatre semaines, les réintroduire un par un et surveiller les symptômes est l'étalon-or actuel pour cerner ce qui peut être à l'origine des symptômes. Ce soi-disant « régime d'élimination » n'est pas high-tech, et il est loin d'être parfait. Un médecin ou un nutritionniste peut vous conseiller pour entreprendre un régime d'élimination et peut vous aider à comprendre les limites et à éviter les pièges possibles. Supprimer certains aliments peut aider à éviter les symptômes indésirables et à améliorer votre qualité de vie.

Les réactions alimentaires, en particulier les sensibilités, peuvent également s'estomper avec le temps. Notre corps, notre système immunitaire et notre microbiome intestinal sont en constante évolution, et ce qui ne va pas bien aujourd'hui peut être bon à avoir plus tard dans la vie. À un moment donné, vous pouvez envisager de réintroduire de petites quantités d'un aliment auquel vous avez été sensible, pour voir ce que vous pouvez tolérer.

La ligne de fond

Bien que les réactions alimentaires soient courantes, elles peuvent être difficiles à comprendre. Identifier la cause peut être difficile et prendre du temps, mais cela en vaut la peine. Une fois que vous avez identifié le problème et les aliments ou les aliments qui le déclenchent, un nutritionniste ou un médecin peut vous aider à développer le régime le plus complet qui soit sans danger pour vous.


Allergie, intolérance ou sensibilité alimentaire : quelle est la différence et pourquoi est-ce important ?

Il y a de fortes chances que vous ou quelqu'un que vous connaissez ayez ressenti des symptômes désagréables après un repas ou une collation. Peut-être avez-vous ressenti des éternuements, une respiration sifflante, des éruptions cutanées, un brouillard cérébral, des douleurs articulaires, des nausées, des ballonnements, de la diarrhée ou un autre symptôme. Cela vous a peut-être amené à croire que vous avez une allergie alimentaire – et peut-être que vous en avez. Mais il est également possible que vous ayez une intolérance alimentaire, une maladie cœliaque ou une sensibilité alimentaire. Ceci est important, car certaines des réactions peuvent aller de simplement ennuyeuses à mortelles.

Intolérances alimentaires

L'intolérance alimentaire se réfère principalement à l'incapacité de traiter ou de digérer certains aliments. La réaction alimentaire la plus courante semble être l'intolérance au lactose. En vieillissant, notre capacité à digérer les produits laitiers diminue. En effet, avec l'âge, nos intestins fabriquent moins d'enzyme (lactase) qui transforme le lactose, un type de sucre présent dans le lait et les produits laitiers. En conséquence, nous avons plus de lactose dans le tube digestif, ce qui peut provoquer des ballonnements, une inflammation et une diarrhée de l'estomac. La recherche a montré que seulement environ 35% des personnes dans le monde peuvent digérer le lactose au-delà de l'âge de sept ou huit ans.

L'intolérance au lactose n'est pas une maladie grave, mais elle peut être assez inconfortable. Éviter les produits laitiers est un moyen infaillible d'éviter les symptômes, certains, comme le lait, ont tendance à produire des symptômes plus graves que d'autres, comme le yogourt et le fromage. Les suppléments d'enzymes lactase en vente libre peuvent également aider.

Allergies alimentaires

Un problème plus grave se produit lorsqu'une personne développe une véritable réaction allergique, une réponse exagérée du système immunitaire du corps contre une substance apparemment inoffensive - dans ce cas, un aliment. L'exemple classique est la difficulté respiratoire potentiellement mortelle et l'hypotension artérielle suite à une exposition aux arachides ou aux fruits de mer. Les allergies alimentaires peuvent apparaître à tout moment de notre vie, même à l'âge adulte.

Si vous pensez avoir une allergie alimentaire, envisagez des tests et un traitement contre les allergies, surtout si vos symptômes sont graves (éruptions cutanées importantes, sensation d'évanouissement, gonflement du visage et problèmes respiratoires). Il est sage de lire scrupuleusement les étiquettes des ingrédients. Et porter des injections d'épinéphrine en cas d'ingestion accidentelle ou de contact avec l'aliment en question est essentiel et peut sauver des vies.

Maladie coeliaque

La maladie cœliaque touche environ 1% de la population occidentale. Dans cette maladie auto-immune, l'ingestion de gluten déclenche une réaction inflammatoire complexe qui peut rendre les personnes atteintes de la maladie cœliaque très malades. La maladie cœliaque n'est pas une véritable allergie manger du gluten une fois qu'elle ne provoque pas un problème immédiat mettant la vie en danger. Cependant, une ingestion prolongée et continue peut provoquer des diarrhées, une perte de poids et une malnutrition.

Éviter le gluten est la seule solution à ce problème. Le gluten se trouve dans une variété de céréales, notamment le blé, le seigle, l'orge, la semoule, le boulgour et la farine. De nombreux aliments transformés contiennent également du gluten. Les personnes atteintes de la maladie cœliaque doivent également faire attention à la contamination croisée lorsqu'un aliment sans gluten entre en contact avec un aliment contenant du gluten.

Sensibilités alimentaires

Après avoir mangé certains aliments, une grande partie de la population présente des symptômes qui ne sont pas liés à des intolérances alimentaires, des allergies alimentaires ou à la maladie cœliaque. Celles-ci sont appelées sensibilités alimentaires. Bien qu'il y ait une controverse sur ce qui se passe exactement dans le corps d'une personne ayant une sensibilité alimentaire, il semble que l'exposition à des aliments spécifiques puisse créer une réaction immunitaire qui génère une multitude de symptômes. Les symptômes ne mettent pas la vie en danger, mais ils peuvent être assez perturbateurs et inclure des douleurs articulaires, des douleurs à l'estomac, de la fatigue, des éruptions cutanées et un brouillard cérébral. Le gluten est probablement le déclencheur le plus connu des sensibilités alimentaires.

Le meilleur outil dont nous disposons pour identifier les sensibilités alimentaires est un processus d'observation et d'expérimentation minutieuses. Supprimer certains aliments soupçonnés de provoquer des réactions de l'alimentation pendant deux à quatre semaines, les réintroduire un par un et surveiller les symptômes est l'étalon-or actuel pour cerner ce qui peut être à l'origine des symptômes. Ce soi-disant « régime d'élimination » n'est pas high-tech, et il est loin d'être parfait. Un médecin ou un nutritionniste peut vous conseiller pour entreprendre un régime d'élimination et peut vous aider à comprendre les limites et à éviter les pièges possibles. Supprimer certains aliments peut aider à éviter les symptômes indésirables et à améliorer votre qualité de vie.

Les réactions alimentaires, en particulier les sensibilités, peuvent également s'estomper avec le temps. Notre corps, notre système immunitaire et notre microbiome intestinal sont en constante évolution, et ce qui ne va pas bien aujourd'hui peut être bon à avoir plus tard dans la vie. À un moment donné, vous pouvez envisager de réintroduire de petites quantités d'un aliment auquel vous avez été sensible, pour voir ce que vous pouvez tolérer.

La ligne de fond

Bien que les réactions alimentaires soient courantes, elles peuvent être difficiles à comprendre. Identifier la cause peut être difficile et prendre du temps, mais cela en vaut la peine. Une fois que vous avez identifié le problème et l'aliment ou les aliments qui le déclenchent, un nutritionniste ou un médecin peut vous aider à développer le régime le plus complet qui soit sans danger pour vous.


Allergie, intolérance ou sensibilité alimentaire : quelle est la différence et pourquoi est-ce important ?

Il y a de fortes chances que vous ou quelqu'un que vous connaissez ayez ressenti des symptômes désagréables après un repas ou une collation. Peut-être avez-vous ressenti des éternuements, une respiration sifflante, des éruptions cutanées, un brouillard cérébral, des douleurs articulaires, des nausées, des ballonnements, de la diarrhée ou un autre symptôme. Cela vous a peut-être amené à croire que vous avez une allergie alimentaire – et peut-être que vous en avez. Mais il est également possible que vous ayez une intolérance alimentaire, une maladie cœliaque ou une sensibilité alimentaire. Ceci est important, car certaines des réactions peuvent aller de simplement ennuyeuses à mortelles.

Intolérances alimentaires

L'intolérance alimentaire se réfère principalement à l'incapacité de traiter ou de digérer certains aliments. La réaction alimentaire la plus courante semble être l'intolérance au lactose. En vieillissant, notre capacité à digérer les produits laitiers diminue. En effet, avec l'âge, nos intestins fabriquent moins d'enzyme (lactase) qui transforme le lactose, un type de sucre présent dans le lait et les produits laitiers. En conséquence, nous avons plus de lactose dans le tube digestif, ce qui peut provoquer des ballonnements, une inflammation et une diarrhée de l'estomac. Research has found that only about 35% of people worldwide can digest lactose beyond the age of about seven or eight.

Lactose intolerance is not a serious disease, but it can be quite uncomfortable. Avoiding dairy products is a surefire way to avoid symptoms some, like milk, tend to produce more severe symptoms than others, like yogurt and cheese. Over-the-counter lactase enzyme supplements can also help.

Allergies alimentaires

A more severe problem happens when someone develops a true allergic reaction, an overblown response by the body’s immune system against a seemingly harmless substance — in this case, a food. The classic example is the potentially life-threatening difficulty breathing and low blood pressure following exposure to peanuts or seafood. Food allergies can show up at any time in our lives, even during older adulthood.

If you think you may have a food allergy, consider allergy testing and treatment, especially if your symptoms are severe (significant rashes, feeling of passing out, facial swelling, and problems breathing). Scrupulously reading ingredient labels is wise. And carrying epinephrine shots in case of accidental ingestion or contact with the food in question is essential and can be lifesaving.

Maladie coeliaque

Celiac disease affects about 1% of the Western population. In this autoimmune condition, the ingestion of gluten initiates a complex inflammatory reaction that can make people with celiac disease very sick. Celiac disease is not a true allergy eating gluten once does not cause an immediate life-threatening problem. However, prolonged and continuous ingestion can cause diarrhea, weight loss, and malnutrition.

Avoiding gluten is the only solution to this problem. Gluten is found in a variety of grains, including wheat, rye, barley, semolina, bulgur, and farina. Many processed foods also contain gluten. People with celiac disease must also be careful about cross-contamination, when a gluten-free food comes into contact with a gluten-containing food.

Food sensitivities

After eating certain foods, a large part of the population experiences symptoms that are not related to food intolerances, food allergies, or celiac disease. These are referred to as food sensitivities. Though there is controversy around what exactly happens in the body of someone with a food sensitivity, it appears that exposure to specific foods may create an immune reaction that generates a multitude of symptoms. The symptoms are not life-threatening, but they can be quite disruptive and include joint pain, stomach pain, fatigue, rashes, and brain fog. Gluten is probably the best-known trigger of food sensitivities.

The best tool we have to identify food sensitivities is a process of careful observation and experimentation. Removing certain foods believed to cause reactions from the diet for two to four weeks, reintroducing them one by one, and watching for symptoms is the current gold standard to pin down what may be causing symptoms. This so-called “elimination diet” is not high-tech, and it is far from perfect. A physician or nutritionist can provide guidance for undertaking an elimination diet, and can help you understand limitations and avoid possible pitfalls. Removing certain foods can help stave off undesirable symptoms and improve your quality of life.

Food reactions, especially sensitivities, can also fade away with time. Our bodies, immune systems, and the gut microbiome are continually changing, and what may not sit well today may be fine to have later on in life. At some point, you may consider reintroducing small amounts of a food that you have been sensitive to, to see what you may be able to tolerate.

La ligne de fond

Though food reactions are common, they can be challenging to understand. Identifying the cause can be difficult and time-consuming, but it is worth the time and effort. Once you’ve identified the problem, and the food or foods that trigger it, a nutritionist or a physician can help you develop the most comprehensive diet that is safe for you.


Food allergy, intolerance, or sensitivity: What’s the difference, and why does it matter?

Chances are that you or someone you know has experienced unpleasant symptoms after a meal or snack. Maybe you experienced some degree of sneezing, wheezing, rashes, brain fog, joint pain, nausea, bloating, diarrhea, or another symptom. This may have led you to believe you have a food allergy — and maybe you do. But it’s also possible that you have a food intolerance, celiac disease, or a food sensitivity. This is important, because some of the reactions can range from just annoying to life-threatening.

Food intolerances

Food intolerance refers mostly to the inability to process or digest certain foods. The most common food reaction appears to be lactose intolerance. As we get older, our ability to digest dairy decreases. That’s because, with age, our intestines make less of the enzyme (lactase) that processes lactose, a type of sugar present in milk and dairy products. As a result, we have more lactose sitting in the digestive tract, which can cause stomach bloating, inflammation, and diarrhea. Research has found that only about 35% of people worldwide can digest lactose beyond the age of about seven or eight.

Lactose intolerance is not a serious disease, but it can be quite uncomfortable. Avoiding dairy products is a surefire way to avoid symptoms some, like milk, tend to produce more severe symptoms than others, like yogurt and cheese. Over-the-counter lactase enzyme supplements can also help.

Allergies alimentaires

A more severe problem happens when someone develops a true allergic reaction, an overblown response by the body’s immune system against a seemingly harmless substance — in this case, a food. The classic example is the potentially life-threatening difficulty breathing and low blood pressure following exposure to peanuts or seafood. Food allergies can show up at any time in our lives, even during older adulthood.

If you think you may have a food allergy, consider allergy testing and treatment, especially if your symptoms are severe (significant rashes, feeling of passing out, facial swelling, and problems breathing). Scrupulously reading ingredient labels is wise. And carrying epinephrine shots in case of accidental ingestion or contact with the food in question is essential and can be lifesaving.

Maladie coeliaque

Celiac disease affects about 1% of the Western population. In this autoimmune condition, the ingestion of gluten initiates a complex inflammatory reaction that can make people with celiac disease very sick. Celiac disease is not a true allergy eating gluten once does not cause an immediate life-threatening problem. However, prolonged and continuous ingestion can cause diarrhea, weight loss, and malnutrition.

Avoiding gluten is the only solution to this problem. Gluten is found in a variety of grains, including wheat, rye, barley, semolina, bulgur, and farina. Many processed foods also contain gluten. People with celiac disease must also be careful about cross-contamination, when a gluten-free food comes into contact with a gluten-containing food.

Food sensitivities

After eating certain foods, a large part of the population experiences symptoms that are not related to food intolerances, food allergies, or celiac disease. These are referred to as food sensitivities. Though there is controversy around what exactly happens in the body of someone with a food sensitivity, it appears that exposure to specific foods may create an immune reaction that generates a multitude of symptoms. The symptoms are not life-threatening, but they can be quite disruptive and include joint pain, stomach pain, fatigue, rashes, and brain fog. Gluten is probably the best-known trigger of food sensitivities.

The best tool we have to identify food sensitivities is a process of careful observation and experimentation. Removing certain foods believed to cause reactions from the diet for two to four weeks, reintroducing them one by one, and watching for symptoms is the current gold standard to pin down what may be causing symptoms. This so-called “elimination diet” is not high-tech, and it is far from perfect. A physician or nutritionist can provide guidance for undertaking an elimination diet, and can help you understand limitations and avoid possible pitfalls. Removing certain foods can help stave off undesirable symptoms and improve your quality of life.

Food reactions, especially sensitivities, can also fade away with time. Our bodies, immune systems, and the gut microbiome are continually changing, and what may not sit well today may be fine to have later on in life. At some point, you may consider reintroducing small amounts of a food that you have been sensitive to, to see what you may be able to tolerate.

La ligne de fond

Though food reactions are common, they can be challenging to understand. Identifying the cause can be difficult and time-consuming, but it is worth the time and effort. Once you’ve identified the problem, and the food or foods that trigger it, a nutritionist or a physician can help you develop the most comprehensive diet that is safe for you.


Food allergy, intolerance, or sensitivity: What’s the difference, and why does it matter?

Chances are that you or someone you know has experienced unpleasant symptoms after a meal or snack. Maybe you experienced some degree of sneezing, wheezing, rashes, brain fog, joint pain, nausea, bloating, diarrhea, or another symptom. This may have led you to believe you have a food allergy — and maybe you do. But it’s also possible that you have a food intolerance, celiac disease, or a food sensitivity. This is important, because some of the reactions can range from just annoying to life-threatening.

Food intolerances

Food intolerance refers mostly to the inability to process or digest certain foods. The most common food reaction appears to be lactose intolerance. As we get older, our ability to digest dairy decreases. That’s because, with age, our intestines make less of the enzyme (lactase) that processes lactose, a type of sugar present in milk and dairy products. As a result, we have more lactose sitting in the digestive tract, which can cause stomach bloating, inflammation, and diarrhea. Research has found that only about 35% of people worldwide can digest lactose beyond the age of about seven or eight.

Lactose intolerance is not a serious disease, but it can be quite uncomfortable. Avoiding dairy products is a surefire way to avoid symptoms some, like milk, tend to produce more severe symptoms than others, like yogurt and cheese. Over-the-counter lactase enzyme supplements can also help.

Allergies alimentaires

A more severe problem happens when someone develops a true allergic reaction, an overblown response by the body’s immune system against a seemingly harmless substance — in this case, a food. The classic example is the potentially life-threatening difficulty breathing and low blood pressure following exposure to peanuts or seafood. Food allergies can show up at any time in our lives, even during older adulthood.

If you think you may have a food allergy, consider allergy testing and treatment, especially if your symptoms are severe (significant rashes, feeling of passing out, facial swelling, and problems breathing). Scrupulously reading ingredient labels is wise. And carrying epinephrine shots in case of accidental ingestion or contact with the food in question is essential and can be lifesaving.

Maladie coeliaque

Celiac disease affects about 1% of the Western population. In this autoimmune condition, the ingestion of gluten initiates a complex inflammatory reaction that can make people with celiac disease very sick. Celiac disease is not a true allergy eating gluten once does not cause an immediate life-threatening problem. However, prolonged and continuous ingestion can cause diarrhea, weight loss, and malnutrition.

Avoiding gluten is the only solution to this problem. Gluten is found in a variety of grains, including wheat, rye, barley, semolina, bulgur, and farina. Many processed foods also contain gluten. People with celiac disease must also be careful about cross-contamination, when a gluten-free food comes into contact with a gluten-containing food.

Food sensitivities

After eating certain foods, a large part of the population experiences symptoms that are not related to food intolerances, food allergies, or celiac disease. These are referred to as food sensitivities. Though there is controversy around what exactly happens in the body of someone with a food sensitivity, it appears that exposure to specific foods may create an immune reaction that generates a multitude of symptoms. The symptoms are not life-threatening, but they can be quite disruptive and include joint pain, stomach pain, fatigue, rashes, and brain fog. Gluten is probably the best-known trigger of food sensitivities.

The best tool we have to identify food sensitivities is a process of careful observation and experimentation. Removing certain foods believed to cause reactions from the diet for two to four weeks, reintroducing them one by one, and watching for symptoms is the current gold standard to pin down what may be causing symptoms. This so-called “elimination diet” is not high-tech, and it is far from perfect. A physician or nutritionist can provide guidance for undertaking an elimination diet, and can help you understand limitations and avoid possible pitfalls. Removing certain foods can help stave off undesirable symptoms and improve your quality of life.

Food reactions, especially sensitivities, can also fade away with time. Our bodies, immune systems, and the gut microbiome are continually changing, and what may not sit well today may be fine to have later on in life. At some point, you may consider reintroducing small amounts of a food that you have been sensitive to, to see what you may be able to tolerate.

La ligne de fond

Though food reactions are common, they can be challenging to understand. Identifying the cause can be difficult and time-consuming, but it is worth the time and effort. Once you’ve identified the problem, and the food or foods that trigger it, a nutritionist or a physician can help you develop the most comprehensive diet that is safe for you.


Food allergy, intolerance, or sensitivity: What’s the difference, and why does it matter?

Chances are that you or someone you know has experienced unpleasant symptoms after a meal or snack. Maybe you experienced some degree of sneezing, wheezing, rashes, brain fog, joint pain, nausea, bloating, diarrhea, or another symptom. This may have led you to believe you have a food allergy — and maybe you do. But it’s also possible that you have a food intolerance, celiac disease, or a food sensitivity. This is important, because some of the reactions can range from just annoying to life-threatening.

Food intolerances

Food intolerance refers mostly to the inability to process or digest certain foods. The most common food reaction appears to be lactose intolerance. As we get older, our ability to digest dairy decreases. That’s because, with age, our intestines make less of the enzyme (lactase) that processes lactose, a type of sugar present in milk and dairy products. As a result, we have more lactose sitting in the digestive tract, which can cause stomach bloating, inflammation, and diarrhea. Research has found that only about 35% of people worldwide can digest lactose beyond the age of about seven or eight.

Lactose intolerance is not a serious disease, but it can be quite uncomfortable. Avoiding dairy products is a surefire way to avoid symptoms some, like milk, tend to produce more severe symptoms than others, like yogurt and cheese. Over-the-counter lactase enzyme supplements can also help.

Allergies alimentaires

A more severe problem happens when someone develops a true allergic reaction, an overblown response by the body’s immune system against a seemingly harmless substance — in this case, a food. The classic example is the potentially life-threatening difficulty breathing and low blood pressure following exposure to peanuts or seafood. Food allergies can show up at any time in our lives, even during older adulthood.

If you think you may have a food allergy, consider allergy testing and treatment, especially if your symptoms are severe (significant rashes, feeling of passing out, facial swelling, and problems breathing). Scrupulously reading ingredient labels is wise. And carrying epinephrine shots in case of accidental ingestion or contact with the food in question is essential and can be lifesaving.

Maladie coeliaque

Celiac disease affects about 1% of the Western population. In this autoimmune condition, the ingestion of gluten initiates a complex inflammatory reaction that can make people with celiac disease very sick. Celiac disease is not a true allergy eating gluten once does not cause an immediate life-threatening problem. However, prolonged and continuous ingestion can cause diarrhea, weight loss, and malnutrition.

Avoiding gluten is the only solution to this problem. Gluten is found in a variety of grains, including wheat, rye, barley, semolina, bulgur, and farina. Many processed foods also contain gluten. People with celiac disease must also be careful about cross-contamination, when a gluten-free food comes into contact with a gluten-containing food.

Food sensitivities

After eating certain foods, a large part of the population experiences symptoms that are not related to food intolerances, food allergies, or celiac disease. These are referred to as food sensitivities. Though there is controversy around what exactly happens in the body of someone with a food sensitivity, it appears that exposure to specific foods may create an immune reaction that generates a multitude of symptoms. The symptoms are not life-threatening, but they can be quite disruptive and include joint pain, stomach pain, fatigue, rashes, and brain fog. Gluten is probably the best-known trigger of food sensitivities.

The best tool we have to identify food sensitivities is a process of careful observation and experimentation. Removing certain foods believed to cause reactions from the diet for two to four weeks, reintroducing them one by one, and watching for symptoms is the current gold standard to pin down what may be causing symptoms. This so-called “elimination diet” is not high-tech, and it is far from perfect. A physician or nutritionist can provide guidance for undertaking an elimination diet, and can help you understand limitations and avoid possible pitfalls. Removing certain foods can help stave off undesirable symptoms and improve your quality of life.

Food reactions, especially sensitivities, can also fade away with time. Our bodies, immune systems, and the gut microbiome are continually changing, and what may not sit well today may be fine to have later on in life. At some point, you may consider reintroducing small amounts of a food that you have been sensitive to, to see what you may be able to tolerate.

La ligne de fond

Though food reactions are common, they can be challenging to understand. Identifying the cause can be difficult and time-consuming, but it is worth the time and effort. Once you’ve identified the problem, and the food or foods that trigger it, a nutritionist or a physician can help you develop the most comprehensive diet that is safe for you.


Food allergy, intolerance, or sensitivity: What’s the difference, and why does it matter?

Chances are that you or someone you know has experienced unpleasant symptoms after a meal or snack. Maybe you experienced some degree of sneezing, wheezing, rashes, brain fog, joint pain, nausea, bloating, diarrhea, or another symptom. This may have led you to believe you have a food allergy — and maybe you do. But it’s also possible that you have a food intolerance, celiac disease, or a food sensitivity. This is important, because some of the reactions can range from just annoying to life-threatening.

Food intolerances

Food intolerance refers mostly to the inability to process or digest certain foods. The most common food reaction appears to be lactose intolerance. As we get older, our ability to digest dairy decreases. That’s because, with age, our intestines make less of the enzyme (lactase) that processes lactose, a type of sugar present in milk and dairy products. As a result, we have more lactose sitting in the digestive tract, which can cause stomach bloating, inflammation, and diarrhea. Research has found that only about 35% of people worldwide can digest lactose beyond the age of about seven or eight.

Lactose intolerance is not a serious disease, but it can be quite uncomfortable. Avoiding dairy products is a surefire way to avoid symptoms some, like milk, tend to produce more severe symptoms than others, like yogurt and cheese. Over-the-counter lactase enzyme supplements can also help.

Allergies alimentaires

A more severe problem happens when someone develops a true allergic reaction, an overblown response by the body’s immune system against a seemingly harmless substance — in this case, a food. The classic example is the potentially life-threatening difficulty breathing and low blood pressure following exposure to peanuts or seafood. Food allergies can show up at any time in our lives, even during older adulthood.

If you think you may have a food allergy, consider allergy testing and treatment, especially if your symptoms are severe (significant rashes, feeling of passing out, facial swelling, and problems breathing). Scrupulously reading ingredient labels is wise. And carrying epinephrine shots in case of accidental ingestion or contact with the food in question is essential and can be lifesaving.

Maladie coeliaque

Celiac disease affects about 1% of the Western population. In this autoimmune condition, the ingestion of gluten initiates a complex inflammatory reaction that can make people with celiac disease very sick. Celiac disease is not a true allergy eating gluten once does not cause an immediate life-threatening problem. However, prolonged and continuous ingestion can cause diarrhea, weight loss, and malnutrition.

Avoiding gluten is the only solution to this problem. Gluten is found in a variety of grains, including wheat, rye, barley, semolina, bulgur, and farina. Many processed foods also contain gluten. People with celiac disease must also be careful about cross-contamination, when a gluten-free food comes into contact with a gluten-containing food.

Food sensitivities

After eating certain foods, a large part of the population experiences symptoms that are not related to food intolerances, food allergies, or celiac disease. These are referred to as food sensitivities. Though there is controversy around what exactly happens in the body of someone with a food sensitivity, it appears that exposure to specific foods may create an immune reaction that generates a multitude of symptoms. The symptoms are not life-threatening, but they can be quite disruptive and include joint pain, stomach pain, fatigue, rashes, and brain fog. Gluten is probably the best-known trigger of food sensitivities.

The best tool we have to identify food sensitivities is a process of careful observation and experimentation. Removing certain foods believed to cause reactions from the diet for two to four weeks, reintroducing them one by one, and watching for symptoms is the current gold standard to pin down what may be causing symptoms. This so-called “elimination diet” is not high-tech, and it is far from perfect. A physician or nutritionist can provide guidance for undertaking an elimination diet, and can help you understand limitations and avoid possible pitfalls. Removing certain foods can help stave off undesirable symptoms and improve your quality of life.

Food reactions, especially sensitivities, can also fade away with time. Our bodies, immune systems, and the gut microbiome are continually changing, and what may not sit well today may be fine to have later on in life. At some point, you may consider reintroducing small amounts of a food that you have been sensitive to, to see what you may be able to tolerate.

La ligne de fond

Though food reactions are common, they can be challenging to understand. Identifying the cause can be difficult and time-consuming, but it is worth the time and effort. Once you’ve identified the problem, and the food or foods that trigger it, a nutritionist or a physician can help you develop the most comprehensive diet that is safe for you.



Commentaires:

  1. Polydamas

    Je m'excuse d'avoir interféré ... Je suis ici récemment. Mais ce sujet est très proche de moi. Je peux aider à trouver la réponse. Écrivez à PM.

  2. Fearnleah

    C'est dommage que maintenant je ne peux pas exprimer - il est obligé de partir. Je serai libéré - j'exprimerai nécessairement l'opinion sur cette question.

  3. Kafka

    Puis-je te demander?

  4. Calix

    Ce n'est pas absolument nécessaire pour moi. Il y a d'autres variantes?

  5. Karlens

    Cette excellente phrase doit être délibérément

  6. Billie

    Félicitez-moi, mon fils est né!

  7. Nassor

    Certainement. C'était et avec moi. Nous pouvons communiquer sur ce thème. Ici ou dans PM.



Écrire un message